Outils pour utilisateurs

Outils du site


start

Bienvenue sur le wiki de 0linux, un système Linux original et complet destiné au public francophone et publié sous licence libre CeCILL (voir le fichier LICENCES).


Sommaire

Dernières nouvelles

03 mars 2014

http://0linux.org est désormais le site principal, l'actuel wiki ne servira plus qu'à la documentation (en toute logique).


18 février 2014

Les paquets ont été réorganisés en catégories :

  • a/ pour Applications : tout ce qui est exécutable en console, n'entrant dans aucune autre catégorie.
  • b/ pour Bibliothèques : tout ce qui est bibliothèque non rattachée à un environnement particulier.
  • d/ pour Développement : tout ce qui est compilateur, interpréteur, débogueur, etc.
  • e/ Environnements : KDE, Xfce, GNOME, etc., chacun dans un sous-dossier à son nom.
  • g/ pour applications Graphiques. Dès qu'un truc nécessite Xorg et n'est pas lié à un environnement de reau, quelque soit sa fonctionnalité.
  • r/ pour Réseau : les clients, serveurs, outils et bibliothèques qui gèrent ou utilisent le réseau en console.
  • x/ Xorg.
  • z/ pour 0linux : les paquets-abonnements.

Afin de sortir une image ISO au plus vite, de simples abonnements fourre-tout seront mis en place pour disposer d'un maximum de paquets permettant d'avoir un système opérationnel, le temps que l'on renseigne au fur et à mesure les dépendances à l'exécution (ou « runtime dependencies ») de chaque paquet.


17 février 2014

Une image ISO de 0Linux eta est en cours de finalisation. De nombreuses modifications ont dû être apportées à cause (ou grâce) de la gestion des dépendances. Ainsi, l'installateur présentera dorénavant des groupes de paquets à installer (via des « abonnements » qui sont en fait de simples méta-paquets) et il faut donc bien ranger tout ce beau monde ! Patience donc, le temps qu'on fasse épaissir la sauce.

0Linux dispose maintenant de son propre serveur de construction de paquets tout automatisé, ce qui va accélérer et optimiser le traitement des paquets et leur débogage. Le serveur est un simple AMD Phenom II X2 double-cœur derrière une connexion ADSL de piètre qualité, hébergé à la maison. Si quiconque passe ici et a des ressources à disposition, un serveur, une machine puissante à dédier à 0Linux (le nombre de cœurs est en fait le seul critère important), du matériel à donner (un CPU Phenom II X4 ou X6 par exemple ou bien même un combo carte mère/CPU Intel pouvant faire 4 threads simultanés) ou bien un bon plan pour aider un projet libre qui n'en veut, n'hésitez surtout pas ! On fait avec les moyens du bord et ils sont vraiment au minimum.


18 décembre 2013 : succédant à zeta dans l'alphabet grec, 0Linux eta est dans les fourneaux avec des surprises de taille :

  • La gestion des dépendances par 0g, causant la restructuration des paquets
  • L'apparition de paquets-abonnements thématiques (par ex. : tout KDE, serveur LAMP, studio multimédia, etc.)
  • La mise à niveau automatique de la distribution vers la nouvelle version avec un simple 0g : il suffit de modifier la variable VERSION dans le fichier /etc/os-release.

Pour passer de zeta à eta, modifiez la ligne « VERSION=… » dans le fichier /etc/os-release en remplçant « zeta » par « eta » puis mettez à jour les 0outils et la base du système, en root ou via sudo :

0g 0outils base-systeme

Le mise à jour du système se fera automatiquement. Voyez comment Mettre à niveau 0linux à la version suivante en cas de problème.

Merci à Seb pour son super boulot ! La distribution présente très peu de changements mais les fonctionnalités évoluent beaucoup : on n'a plus besoin d'installer tous les dépôts base, opt et xorg, un système minimal est maintenant possible (un système autonome « Live » différent et plus léger sera donc généré sous peu).

Côté offre logicielle, MATE et GNOME sont en début d'intégration et on travaille également sur Wine 32 + 64 bits ainsi que VirtualBox.


2 novembre 2013 : de nouvelles images ISO de 0Linux zeta sont en ligne. cette version zeta estampillée 02112013 contient surtout des corrections de bogues dans l'installateur. Deux images ISO ont été générées : une image mini ne contenant que l'installateur sans paquets (une connexion à Internet est donc indispensable pour télécharger les paquets), et une image base qui, comme son nom ne l'indique pas, contient les paquets de 0Linux des dépôts base/, opt/ et xorg/, le tout pesant 1.2 Go environ.

Le dépôt apps/ vient d'accueillir un petit nouveau, steam, avec son lot de mises jour en 32 bits pour les bibliothèques dépendantes, dont pulseaudio qui fait son entrée dans opt. Steam n'utilisera cependant que le serveur audio par défaut, ALSA. Pulseaudio n'est pas utilisable en soi (aucun fichier rc.pulseaudio ni de binaires pour démarrer le serveur), il ne sert qu'à contenter Steam, lequel est compilé à la base par Valve pour les distributions *buntu…

D'autres nouveaux dépôts ont vu le jour, un petit 0g -l vous dira tout. Notez qu'un dépôt gnomea fait son entrée : il est loin d'être complet ou utilisable, nous l'intégrons à notre rythme. Consultez 0g -i @gnome pour en savoir plus ou connaître l'avancement du dépôt.

Merci beaucoup à fatalerrors pour tout son travail sur les dépôts ainsi que sur KDE et merci aux testeurs et intéressés du canal IRC qui se reconnaitront et qui permettent à 0Linux d'avancer.


20 octobre 2013 : une première image ISO de 0Linux zeta est disponible au téléchargement, elle sera régénérée au fur et à mesure des retours des utilisateurs et des tests fonctionnels. La version zeta est utilisable mais a encore quelques menus soucis connus, notamment le montage automatique des volumes amovibles comme les clefs USB avec udisks, sous les environnements comme Xfce (KDE n'est pas concerné) ou bien le fonctionnement problématique d'agents identificateurs comme ktsuss.

  • NFSv4 est intégré. Il reste néanmoins à écrire les fichiers services à intégrer sous /etc/rc.d. Toute aide est la bienvenue !
  • KDE est fourni en version 4.11.2 dans un dépôt ultra-complet grâce à fatalerrors, merci pour son gros boulot !
  • Le noyau Linux passe en version 3.11.1
  • Xfce 4.10 a subi une mise à jour aux plus récentes versions
  • Skype a été intégré. C'est la première application pure 32-bits à faire son retour dans 0Linux x86_64.
  • Accessoirement, 0Linux a 3 ans ! La première chaine d'outils était datée du 20 octobre 2010.

N'hésitez pas à ouvrir une tâche sur le gestionnaire de suivi (cliquez sur « Bogues » en entête de ce site) pour ouvrir un bogue ou bien demander une nouvelle fonctionnalité ou l'intégration d'un logiciel (bien évidemment avec parcimonie).


:!: 0linux ne prend pas encore en charge les remplaçants à l'obsolète BIOS, les EFI et autres UEFI, ni les nouveaux disques durs GPT, seuls les traditionnels disques avec MBR (« Master Boot Record ») sont pris en charge pour le moment.

Merci aux contributeurs et testeurs pour leurs tests et leur enthousiasme ainsi qu'aux quelques curieux. 0linux a plus que jamais besoin d'être testée à l'installation comme à l'utilisation, tout retour est bienvenu.

Le système contient entre autres :

  • Glibc 2.19
  • Enlightenment E17
  • Firefox
  • GCC 4.8
  • GIMP 2.8
  • KDE 4
  • LibreOffice 4
  • Linux 3 basse latence, compilé avec le maximum d'options et de modules
  • X.org 7.7
  • XBMC
  • Xfce 4.10

0linux compte plus de 1300 paquets disponibles. L'intégralité des applications installables se trouvent ici : http://ftp.igh.cnrs.fr/pub/os/linux/0linux/paquets/

0linux fait officiellement partie de l'Open Invention Network, merci de leur sollicitude.


Qu'est-ce ?

0linux est un système GNU/Linux francophone complet pour systèmes x86, construit depuis rien, et pensé d'abord pour le poste de travail, l'internet et le le multimédia : le noyau, par exemple, est « préemptif » et on trouve de nombreuses bibliothèques et codecs pour l'audio et le multimédia.

0linux tente d'être un système francisé autodidactique afin de favoriser l'apprentissage de l'utilisation d'un système Linux : de nombreux fichiers de configuration sont traduits en français et contiennent des commentaires sur leur utilisation ; l'installateur quant à lui demande d'utiliser la ligne de commande pour renseigner le système, mais de façon assistée.

Les environnements graphiques inclus sont Enlightenment, Fluxbox, Razor-qt, KDE, XBMC et Xfce.

Le système 64 bits a la particularité d'être multilib : les architectures i686 et x86_64 peuvent cohabiter au sein du même système. On peut donc compiler et exécuter des logiciels 32 bits et 64 bits, pour peu que l'on dispose des bibliothèques ad-hoc (déjà incluses dans les paquets concernés).

Les processus de compilation et d'installation des logiciels sont décrits dans des « recettes » (de simples scripts en Bash) permettant reconstruire chaque paquet facilement, simplement en exécutant la recette.

Les paquets contiennent ou tentent de contenir le maximum fourni par les développeurs d'origine (l'upstream) et ne sont pas séparés en sous-paquets - comme sous d'autres distributions contraintes par la gestion des dépendances inter-paquets : ainsi, l'unique paquet libpng contient les binaires, les bibliothèques, les bibliothèques supplémentaires 32 bits le cas échéant, la documentation, les bibliothèques statiques, la documentation, etc.

Historiquement, ce projet n'était à la base qu'une traduction intégrale en français de la distribution Slackware, qui s'est avérée délicate sans toucher profondément à l'intégrité du système. J'ai alors créé mon propre système puis, après avoir touché à la compilation croisée, mon système est passé multilib. J'ai alors décidé que tout ce temps à travailler seul devait être dépensé pour un projet qui soit public et libre. Depuis la version « native », le système dispose d'une arborescence de recettes communes à plusieurs architectures (pour le moment i686 et x86_64, plus tard peut-être ARM) pour simplifier la maintenance et faciliter le développement.


Pour qui ?

Je dirais que le système s'adresse aux utilisateur(trices) désireux(ses) d'en apprendre un peu plus sur Linux en général, de niveau débutant (très) intéressé ou intermédiaire, pour lesquels le confort de la langue du système est important ou pour les personnes voulant utiliser un système standard sans fioritures ou outils spécifiques, optimisé pour le multimédia, poussant à mettre le nez dans les fichiers de configuration et à utiliser le terminal.

La distribution s'orientait à l'origine vers le traitement audio et le « home studio » ou le multimédia, ce qui explique la présence de nombreuses bibliothèques audio ainsi que le serveur audio basse latence JACK. Cet aspect n'est plus une priorité, au vu du peu d'intérêt suscité et de la difficulté d'intégration des logiciels ; néanmoins, ceux-ci demeurent intégrés au système.


Comment ?

0linux a pu naître grâce aux méthodes de Linux From Scratch, Cross LFS et DIY Linux pour construire une première chaîne d'outils permettant de compiler pour les 2 architectures, x86 et x86_64. La distribution s'est dans un premier temps beaucoup inspirée de Slackware (appliquer le moins de correctifs possible, utiliser une initialisation à la BSD) pour construire le système final. Elle a sa propre chaîne d'outils depuis 2010 (le nom complet de la « machine » est x86_64-0linux-linux-gnu) et se recompile elle-même avec bonheur.

Le principe de construction des paquets consiste à compiler successivement d'abord en 32 bits puis en 64 bits chaque logiciel fournissant des bibliothèques ou des outils spécifiques à une architecture (auquel cas contraire on ne compilait qu'en 64 bits) puis à empaqueter en archive le résultat - sans oublier la doc, les liens, etc. - dans un paquet .spack utilisant le format CPIO. La recette prend en charge la création de l'éventuel fichier de post-installation ainsi que la description du logiciel en créant le fichier à la volée.

Les recettes de 0linux ont leurs fonctions préchargées pour faciliter les tâches répétitives et sont adaptées aux architectures i686, x86_64 et, hypothétiquement et pour un port futur, ARM.

Voir la documentation pour en savoir plus.

Un soin particulier a été apporté au système pour qu'un maximum de francophonie y soit présente, que ce soit dans le système de fichiers, le démarrage de la machine ou les scripts de compilation, afin de permettre de comprendre plus facilement ce qui se passe dans le système à un utilisateur anglo-sceptique ;). Les recettes sont basées sur les règles d'écriture de slackware-fr.org : téléchargement automatique des sources, utilisation systématique de fakeroot et variables standardisées. Un grand merci à eux.


Pourquoi ?

Pourquoi pas ? :) Le système est pensé pour être généraliste, francophone et autodidactique (et agréable), et s'oriente sur le multimédia. Sa construction me permet d'apprendre et d'approfondir ma connaissance du fonctionnement des systèmes GNU/Linux et de la partager avec d'autres enthousiastes.


Qui ?

Je suis un autodidacte ayant la trentaine ; ça me paraît important de le souligner. Je me suis remis à linux et Slackware que j'utilisais depuis presque 10 ans en 2008 et j'en suis là aujourd'hui. Je travaille sur ce projet avec l'aide de fatalerrors pour l'ensemble de la compilation des paquets ainsi que Seb, le développeur de Spack, pour la gestion des paquets et les outils maison de mises à jour. Merci à eux pour leur constance.

Écrivez-moi à appzer0@tuxfamily.org ou appzer0@free.fr

appzer0

start.txt · Dernière modification: 03-03-2014 22:59 par appzer0